Accueil > Aromathérapie
    Aromathérapie

   DOSSIERS THEMATIQUES


Techniques d extraction des huiles essentielles:



Trois grands procédés sont utilisés pour extraire l’huile essentielle de la plante aromatique destinée à l’aromathérapie: la distillation à la vapeur d’eau, l’expression à froid et l’incision des troncs d’arbres comme pour la myrrhe.

Tout d’abord la récolte :

Les plantes utilisées pour la distillation sont soit d’origine sauvage, soit cultivées. Les plantes sauvages sont idéales mais afin de prévenir le risque de disparition de certaines espèces, les distillateurs ont le plus souvent recours aux plantes cultivées. Cela permet en plus une meilleure maîtrise des quantités et des coûts. Pour les plantes cultivées, elles le sont dans des conditions qui se rapprochent le plus de celles de l’état sauvage pour ne pas modifier leurs caractéristiques aromatiques. C’est pour cela qu’il faut utiliser des huiles essentielles biologiques ou 100% pures et naturelles.
La période de récolte doit se faire au moment où la plante est le plus concentrée en molécules aromatiques ou « essence » ce qui varie en fonction de l’espèce et de différents facteurs :
-Le stade végétatif : avant, pendant ou après la floraison.
-La météo
-Le moment de la journée : après la rosée du matin, l’après midi..
-La phase de la lune.

Par conséquent, les années se suivant mais ne se ressemblant pas surtout du point de vue météo, les huiles essentielles sont donc différentes d’une année sur l’autre. Tout comme les vins, les huiles essentielles d’une même appellation donnent des « crus » différents.

La distillation à la vapeur d’eau :

Datant de plus d’un millénaire, il s’agit de la méthode la plus ancienne et la plus utilisée pour obtenir une huile essentielle de qualité.

Le principe est simple :


Il consiste à faire passer un courant de vapeur d’eau dans une cuve contenant les plantes. Sous l’action de l’humidité et de la chaleur les huiles essentielles volatiles se libèrent. Ensuite cette vapeur d’eau et d’huile essentielle passe dans un serpentin refroidi par de l’eau. La vapeur se condense alors dans le serpentin, retourne à l’état liquide. Ce liquide, mélange d’eau et d’huile essentielle est recueilli dans un essencier qui sépare les deux éléments. En effet, l’huile essentielle est non miscible à l’eau et plus légère donc elle se retrouve dans la partie supérieure de l’essencier.  L’huile essentielle est conservée à l’abri de la chaleur, de la lumière et de l’air et sera mis au repos durant une période variable selon la plante distillée, avant d’être utilisée.
L’eau de distillation recueillie dans l’essencier fournit l’hydrolat ou eau florale. Elle contient des molécules aromatiques en plus faibles quantités mais est aussi utilisée pour des thérapies naturelles : l’Hydrolathérapie.

L’alambic :

L’ensemble du dispositif utilisé pour l’extraction de l’huile essentielle est l’alambic :

1: procédé d'extraction des huiles essentielles

1 : feu
2 : eau
3 : vapeur d’eau
4 : plantes aromatiques
5 : vapeur d’eau chargée d’HE
6 : eau froide
7 : eau chaude
8 : eau + HE
9 : huile essentielle
10 : hydrolat
11 : serpentin
12 : essencier

Il est composé :

D’une cuve (4) dans laquelle on place les plantes à distiller. Cette cuve peut être en cuivre, en verre ou en inox et de taille variable. Les plantes sont dissociées de l’eau dans la même cuve : ce sont des alambics à feu séparé. La cuve peut être chauffée de différente manière : bain-marie, bois, chaudière séparée.
La cuve est recouverte par un chapiteau qui est prolongé par un col de cygne ;
Ce col de cygne est raccordé à un serpentin (11) de refroidissement. Pour cela, celui-ci est plongé dans une cuve d’eau froide.
Le serpentin débouche sur l’essencier (vase florentin), muni de deux robinets. Celui du bas (10)  permet de recueillir l’hydrolat ou eau florale et celui du haut l’huile essentielle. L’essencier (12) est de préférence en inox.

La distillation :

Selon la partie de la plante utilisée les végétaux sont utilisés frais (fleurs), légèrement pré-séché (feuilles), broyés (bois) ou écrasés (semences).
La distillation doit être lente et prolongée afin que les huiles essentielles passent à l’état gazeux de manière naturelle. On dit que, lors de la distillation, apparaissent la tête, puis le tronc et enfin la queue de l’huile essentielle. La distillation doit se poursuivre jusqu’à ce que la totalité des composants aromatiques soit présente. Les huiles essentielles utilisées en aromathérapie doivent être complètes car c’est la synergie de tous ses constituants qui lui confère ses propriétés.
La distillation doit être faite à très basse pression et à une température la plus basse possible (100°C environ) pour éviter la décomposition de certains composants et l’odeur de brûlé.
Le temps de distillation et le rendement (poids de plante nécessaire pour obtenir un Kg d’huile essentielle), généralement faible, varient en fonction de la plante.

La cohobation :

Il s’agit, grâce à un appareillage spécial, de faire passer plusieurs fois l’eau florale ou hydrolat à travers les plantes ce qui permet d’obtenir des eaux florales plus parfumées (eau de rose, de fleurs d’oranger...) ou de distiller des plantes à faible rendement en huiles essentielles.

L’expression à froid :

Elle consiste à presser la partie de la plante concernée pour en récupérer les essences. Cette méthode est réservée aux fruits et aux citrus. C’est exactement ce que vous faites quand vous pressez une épluchure de clémentine ou d’orange : l’huile essentielle pique les yeux. Les huiles essentielles ainsi obtenues par pression (ou expression) d’écorces d’agrumes sont appelées « essences ». Elles se conservent moins longtemps que les huiles essentielles.

Incision des troncs d’arbre :

Les baumes ou oléorésines comme la Myrrhe, l’Encens…sont obtenus par simple incision du tronc des arbres et récolte des gommes (résine) qui s’en écoulent.

Il existe d’autres méthodes d’extraction comme l’extraction par solvant ou l’enfleurage mais uniquement pour la parfumerie et non à des fins thérapeutiques.

L’expression par solvant : elle est utilisée pour les végétaux à faible rendement. Elle consiste à extraire l’essence de la plante grâce à des solvants chimiques. On obtient alors la « concrète », résultat du traitement de tous les organes de la plante. La concrète subit ensuite d’autres traitements pour obtenir « l’absolue », presque similaire à l’huile essentielle mais utiliser uniquement en parfumerie et non à des fins thérapeutiques car elle contient des traces de solvants qui sont dangereux. De plus, ce procédé d’extraction peut modifier la composition de l’huile essentielle.

L’enfleurage : ce procédé est utilisé pour les fleurs qui supportent mal l’action de la chaleur comme le jasmin, la tubéreuse, la violette…. mais uniquement en parfumerie. Il consiste à intercaler les fleurs fraîches entre des couches de graisse animale qui absorbent le parfum. Les graisses saturées en substances odorantes sont traitées à l’alcool, entrainant le parfum sans les graisses (c’est l’épuisement).


Votre panier
0 Articles Total €0,00
Accéder à votre compte
Pas encore inscrit ?


TOUTES NOS BOUTIQUES:
Aromathérapie - Cosmétiques - Maquillage - Compléments alimentaires - Epicerie Salée Bio - Epicerie Sucrée Bio
Boisson bio Thé Café Bio - Maison - Encens du Monde - Bougies Parfumées - Parfums d'ambiance
Contact-mentions légales - Conditions générales de vente - Annuaires - Partenaires - Plan du site