Famille monoparentale, comment s’y prendre au mieux avec son enfant

Suite à une séparation ou un décès, de nombreux parents se retrouvent à élever seuls leurs enfants. En France par exemple, on compte 25% d’enfants vivants avec seulement leur mère (dans la plupart des cas) ou leur père. Mais qu’il s’agisse d’un choix ou d’un fait, il n’y a pas de fatalité, on peut très bien s’en sortir « seul(e) ».

Donner une image positive du parent absent

pere-filleSi le père ou la mère n’est plus là ou s’est distancié(e), il y a toujours son image. Particulièrement en cas de séparation, pour éviter que l’enfant ne se retrouve à devoir choisir, il faut donner une image positive du parent absent. Vous l’auriez compris, il ne s’agit donc pas d’être celui ou celle que son enfant préfère.
Dans tous les cas, même si la simple image ne remplacera pas le père ou la mère décédé(e) ou parti(e), cela permet de remédier au fait qu’on soit « vraiment seul », où l’enfant aura tendance à croire qu’il est face à un « égal », ce qui affectera sur l’autorité du parent présent.

Faire appel aux autres

une-familleLe fait de solliciter les autres, notamment les grands parents, les oncles et/ou les tantes de l’enfant, apportent beaucoup, non seulement à ce dernier mais également au père ou la mère seul(e).
Pour l’enfant, passer un week-end ou des vacances chez ses grands parents, par exemple, ne pourra que faciliter son émancipation. En effet, si le parent seul veut tout faire par lui-même, il créera une plus grande dépendance de l’enfant, et même que celui-ci se culpabilisera quand viendra le moment où il devra quitter papa ou maman.
Pour le parent, cela lui permettra de retrouver une vie sociale, et pourquoi pas sentimentale. En effet, bien qu’on se sente obligé de faire le « double du travail », une frustration risque de s’installer si on n’a aucune vie en dehors de son enfant.

Rédiger un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *